«

»

Accident (Psychologie)

Accident (Psychologie)

Evénement  fâcheux  et inattendu,  qui  entraîne  des  dommages corporels  ou  matériels.  -D’après les études statistiques auxquelles procèdent régulièrement de puissants organismes, tel le National Safety Council, aux Etats-Unis, la mortalité par accidents viendrait en troisième position, après les maladies cardiaques et le cancer; Chez les sujets jeunes, de moins de quarante ans, les accidents font plus de victimes que n’importe quelle autre cause de mortalité. Les recherches psychologiques entreprises sur ce problème ont permis à certains auteurs d’affirmer que les quatre cinquièmes des accidents graves sont dus à des conflits personnels.

Les causes étrangères à l’individu, c est-à dire l’insuffisance des moyens de protection mécaniques, de l’éclairage, des pauses, etc., n’interviennent que dans un  nombre relativement faible d’accidents.

Les accidents n’affectent pas uniformément les travailleurs, selon les lois du hasard, mais seulement un petit nombre d’individus, comme s’il y avait réellement  chez ces  derniers  une « propension » aux accidents. On a pu citer le cas d’ouvriers employés à  une  tâche  déterminée  qui,  en trois ans, n’avaient pas eu un seul accident, tandis que dans le même groupe, pendant la même période, certains de leurs collègues étaient accidentés  quatre – vingt- sept  fois. Parmi  les  causes  d’accidents  qui tiennent à l’individu, il y a, d’abord, les inaptitudes (diminution de l’acuité auditive ou visuelle, déficit de l’intelligence concrète, mauvaise coordination motrice…).

Pour compenser ces déficiences et respecter les conditions du travail, l’ouvrier est obligé de fournir un effort exagéré; il se surmène, devient plus vulnérable, plus exposé aux accidents. Ensuite viennent les soucis, les conflits personnels, dont le retentissement sur l’attention est très préjudiciable à la sécurité du travailleur.

Il apparaît possible de réduire le nombre des accidents du travail en améliorant l’ambiance psychologique de l’entreprise, d’une part, et en faisant l’étude approfondie de la personnalité des individus fréquemment accidentés, d’autre part. A défaut d’une psychothérapie, toujours longue et coûteuse, il convient d’orienter ces ouvriers vers des postes moins dangereux, convenant davantage à leurs aptitudes. (V. personnalité.)