«

»

Allaitement

L’allaitement maternel, quand il est possible, est préférable à tout autre, le lait de la mère étant parfaitement adapté aux besoins du bébé. Sa composition varie non seulement avec l’âge de l’enfant, mais encore au cours de la journée et, même, pendant la tétée. Entre la mère et l’enfant il y a une véritable relation psychophysiologique qui conditionne la sécrétion lactée. La montée laiteuse dépend de l’appel du nourrisson; elle se tarit, habituellement, lorsque celui-ci est rassasié. Enfin, l’allaitement maternel constitue une situation privilégiée, au cours de laquelle s’édifie un lien psychologique irremplaçable. Le bébé qui tète ne se nourrit pas seulement en même temps que le lait, il reçoit la chaleur du corps maternel, son odeur, l’image de son visage, qu’il ne quitte pas des yeux. Il se confond avec Sa nourrice, fusionne avec elle. Même dans le cas de l’allaitement artificiel, il faut s’efforcer de sauvegarder ce lien essentiel, en prenant l’enfant dans ses bras, en lui souriant, le berçant, lui parlant, car c’est dans cette ambiance chaleureuse que le bébé trouve la sécurité nécessaire à son épanouissement. L’allaitement est un acte complexe, qui s’accommode mal de règles précises et impératives. La fixité des rations et des horaires préétablis risque de perturber cette relation spécifique, qui est essentiellement une communication entre la mère et l’enfant. Aussi les psychologues modernes, à la suite des travaux de chercheurs tels qu’Arnold Gesell, recommandent-ils aux nourrices de rester réceptives aux appels de leurs bébés, sans avoir l’obsession de l’heure ou de la quantité. Après une courte période de flottement, on remarque une normalisation dans le rythme
et les besoins alimentaires, qui correspond alors aux exigences réelles de l’enfant. Par ce système d’ « autodemande », il est possible d’éliminer les cas de sous-nutrition, et de suralimentation, et, surtout, l’anxiété qui submerge les nourrissons affamés, lorsqu’on les laisse crier parce qu’il n’est pas l’heure de la tétée. (V. Gesell [Arnold].)