«

»

Amnésie (Psychologie)

Affaiblissement de la mémoire. ―— Si, pour reprendre une image connue, on considère la mémoire comme un journal intime où sont inscrits les événements, les faits et les idées d’un individu, l’amnésie correspond aux pages blanches ou arrachées du carnet et aux ratures du texte qui y figure. L’amnésie, phénomène pathologique, ne se confond pas avec l’oubli, qui est normal. Schématiquement, on distingue deux formes d’altération de la capacité mnésique : l’une, appelée « amnésie de fixation », porte sur la rétention des souvenirs, tandis que l’autre, caractérisée par l’impossibilité de les rappeler, est dénommée « amnésie d’évocation ». Dans la réalité, la diminution de la mémoire affecte le plus souvent, à la fois, la rétention et l’évocation des souvenirs. Elle peut être due à des lésions vasculaires de l’encéphale, à des traumatismes cérébraux; on l’observe aussi dans les psychoses et les états névropathiques. Dans ces derniers cas, où le malade peut tout oublier, y compris son identité, l’amnésie est d’origine émotionnelle; elle fonctionne comme un mécanisme de défense de la personnalité contre l’angoisse, un refus d’une réalité pénible. Le traitement qui convient alors est essentiellement psychologique; il vise à lever les inhibitions et à ramener à la conscience les souvenirs oubliés, par le jeu de la libre association d’idées. (V. association.)