«

»

Bande (Psychologie)

Groupe d’individus. — A partir d’un certain âge, les enfants aiment à se réunir et à se grouper pour jouer. Ils forment des bandes, dans lesquelles ils se sentent solidaires les uns des autres, où leurs besoins d’affiliation et d’aventures peuvent se satisfaire. Ensemble, ils jouent au ballon sur les terrains vagues, nagent, vont au cinéma et à la foire. Parfois on maraude, on trafique un peu. Dans certains cas les buts de la bande deviennent antisociaux. Ce sont des « blousons noirs », armés de chaînes de vélo ou de couteaux, qui s’affrontent ou qui vont s’attaquer au « bourgeois ». Cette agressivité est, d’une part, le signe d’une violente protestation contre la société, et, d’autre part, l’affirmation inadaptée de la personnalité virile. Les adolescents qui fréquentent de telles bandes se recrutent, habituellement, dans les milieux dissociés, où la mésentente règne, où l’autorité et l’affection font défaut. En s’agrégeant à une bande ils satisfont leur besoin de sécurité et de chaleur affective; ils y trouvent la puissance, qui leur permet d’affronter la société; et leur sentiment de culpabilité disparaît, puisque la collectivité dont ils font partie, leur bande, les approuve.
Il n’est pas impossible de modifier les buts des bandes d’adolescents, qui reposent essentiellement sur la solidarité, le sens de l’honneur et l’acceptation de la discipline. A cette tâche s’emploient des équipes d’éducateurs spécialisés qui parviennent à transformer des gangs fermés en groupes ouverts au monde et adaptés socialement. (V. délinquance.)