«

»

Bégaiement

Trouble de l’élocution (certaines syllabes sont répétées, d’autres ne peuvent pas être prononcées). — Les causes de ce phénomène complexe sont héréditaires et, surtout, affectives. Une trop grande émotivité, le sentiment d’infériorité se retrouvent fréquemment chez les bègues, qui arrivent difficilement à exprimer leur pensée parce qu’ils sont intimidés. Le bégaiement n’est pas un trouble permanent, mais intermittent. Il disparaît lorsque le sujet est mieux assuré, quand il possède un « support » : dans le chant, par exemple, ou quand on lui demande de parler tout en suivant avec le crayon une ligne ondulée, préalablement tracée sur un carton (ce qui entraîne une déviation de son attention vers un objet extérieur à sa personne). Des individus d’élite arrivent, seuls, par leur volonté et leur persévérance, à surmonter leur déficience verbale (Démosthène devint un orateur remarquable). La rééducation habituelle consiste en exercices de la parole, du rythme et du souffle, associés à la psychothérapie. Bien conduite par des éducateurs spécialisés et des psychothérapeutes avertis, elle aboutit souvent au succès, comme ce fut le cas pour le roi George VI d’Angleterre. Lorsque l’entourage du bègue est frustrant (ironique) ou non coopérant, le placement de l’enfant dans un établissement spécialisé (Institut des bègues) est nécessaire.