«

»

Ça (Psychologie)

Ce qui est indifférencié. — Ce terme – qui est la traduction française du pronom neutre allemand es – fut introduit en psychologie par S. Freud. Il désigne ce qu’il y a de plus primitif dans l’homme. C’est l’ensemble des pulsions primaires, des instincts, ce qui est héréditaire, inconscient, l’énergie qui nous meut et oriente nos actions. Le ça fait partie de la vie quotidienne; c’est à lui que l’on se réfère, implicitement, lorsqu’on dit : « Je ne sais ce qui m a pris. Ce fut plus fort que moi. »
Cette énergie, difficilement contrôlée par la conscience à laquelle elle n’apparaît pas clairement, obéit au principe de plaisir; elle tend à la satisfaction des besoins profonds de l’homme. Quand elle est contrariée ou refoulée, elle se résout d’une manière détournée, plus ou moins clandestine, en s’exprimant dans les rêves (le petit enfant privé de dessert rêve qu’il mange toutes les cerises), les actes manqués (j’oublie de me rendre à la réunion qui m ennuie) ou les symptômes névrotiques.