«

»

Caractère (Psychologie)

Manière d’être, de sentir et de réagir d’un individu ou d’un groupe. – On parle aussi bien du caractère emporté d’un homme que du caractère flegmatique des Anglais ou besogneux des Chinois. C’est donc une empreinte durable, qui permet de différencier des individus ou des groupes entre eux, lorsqu’on observe leurs attitudes et leurs comportements.

Les principaux problèmes posés par la notion de caractère sont :

1. Celui de la description : le nombre d’adjectifs ou de substantifs utilisés pour décrire tes caractères est immense; le psychologue Allport en a recensé 17 953 dans la langue anglaise;

2. Celui de la classification des caractères, qui dépend en grande partie du premier;

3. Celui de la nature du caractère. Le premier problème consiste à réduire au minimum le nombre de termes descriptifs. A cette tâche s’est consacré J. W. French (1953), qui, analysant toutes les composantes passibles, ne retient que 49 traits, confirmés par plusieurs méthodes d’analyse factorielle.

La classification suppose que l’on cannait des lois psychologiques précises, et que l’on dispose d’une caractérologie certaine de ses méthodes. Ce qui n’est pas encore le cas. Au dernier problème, enfin, se rattache celui des conditions déterminantes du caractère. Il est aujourd’hui admis que les acquisitions dues au milieu, à l’éducation, à l’expérience et à l’effort personnel, greffées sur le tempérament (c’est-à-dire l’ensemble des influences héréditaires, des variations congénitales et de la maturation>, dont elles sont indissociables, contribuent puissamment à dessiner le caractère de chaque individu. Les attitudes, les habitudes ne sont jamais contractées passivement. Le sujet y participe toujours plus ou moins activement. Le caractère « militaire >, par exemple, ne s’acquiert que s’il correspond à l’image que l’on a de soi. Et, de même, il est possible de lutter contre une tendance indésirable dont an a conscience, et de la transformer, par un effort de volonté, en son contraire (l’agressivité faisant place à l’altruisme, comme pour saint Ignace de Layola, la négligence à l’ordre, etc.). L’éducation, la rééducation et la psychothérapie favorisent cette prise de conscience et canalisent les énergies des individus vers la réalisation de leurs potentialités.

La connaissance des caractères est possible grâce à l’observation directe, aux questionnaires et aux tests objectifs de personnalité. (V. analyse factorielle, caractérologie, maturation, psychothérapie, test.)