«

»

Climat psychologique

Ambiance psychologique. — C’est une erreur de considérer l’être humain indépendamment de son milieu. L’écolier et l’ouvrier, par exemple, vivent dans un tissu de relations particulières. A l’école, à l’usine, chacun a ses préoccupations personnelles. Les rapports inter-individuels avec les autres membres de l’entourage conditionnent, dans une large mesure, le rendement. La sécurité affective, les bonnes relations humaines accroissent l’efficience, tondis que les sentiments de frustration, d’insécurité la diminuent. De nombreux enfants qui ne réussissent pas en classe sont anxieux parce qu’ils vivent dans un climat psychologique détérioré (mésentente des parents, hostilité du maître, moqueries des condisciples). Dans les usines, après avoir étudié l’ouvrier indépendamment de tout contexte, on accorde de plus en plus d’intérêt à sa vie psychologique, à ses soucis, à ses sentiments d’homme en relation avec autrui, ce qui a pour effet d’augmenter la productivité.