«

»

Communication

Relation entre individus. — Sans communication, la vie sociale est impossible. Le schizophrène, qui a perdu la capacité de communiquer avec autrui, enfermé dans son univers particulier, devient étranger à son groupe : il faut l’interner. La communication est, d’abord, une perception. Elle implique la transmission, intentionnelle ou non, d’informations destinées à renseigner ou à influencer un individu ou un groupe récepteurs. Mais elle ne s’y réduit pas. En même temps qu’une information est transmise, il se produit une action sur le sujet récepteur et un effet rétroactif (feed-back) sur la personne émettrice, qui est influencée à son tour.

Le langage n’est pas la seule conduite de communication. La mimique et le geste en sont d’autres. D’autre part, toutes les communications ne s’expriment pas rationnellement. On perçoit plus que ce qui est clairement communiqué. S. Freud a même pu parler de communication d’inconscient à inconscient, exprimant par-là que les individus sont capables de percevoir des indices ténus dont ils n’ont pas conscience.

La communication n’est pas un privilège humain. Elle existe aussi, indubitablement, chez les animaux. L’épaulard (sorte de marsouin de l’Atlantique Nord) blessé par les hommes sait prévenir ses congénères du danger qui plane sur eux. L’abeille butineuse indique par une danse, aux autres membres de la ruche, l’endroit où se trouvent des fleurs, leur distance et la qualité du pollen (Karl von Frisch). [V. langage.]