«

»

Contrôle des naissances

Sur cette question capitale, les défenseurs passionnés de positions bien établies s’affrontent. Avec des arguments d’égale valeur, laïcs et religieux, moralistes et hommes de science s’opposent, cependant que les femmes, dans leur grande majorité (trois quarts des personnes consultées), soucieuses de ne donner naissance qu’à des enfants désirés, susceptibles d’être bien nourris, éduqués et chéris, aspirent à une maternité librement consentie. Par ses multiples prolongements humains, le contrôle des naissances constitue un des plus importants problèmes psychologiques encore non résolus. Laissés dans l’ignorance des procédés anticonceptionnels, tous les jeunes couples, encore mal assurés dans la vie, voient croître leur famille rapidement et connaissent l’angoisse d’avoir des enfants qu’ils ne pourront pas élever convenablement. Cette angoisse est souvent la cause de désaccords conjugaux, de frigidité féminine, et pousse un grand nombre de femmes à risquer leur vie pour interrompre une grossesse indésirable. En France, on estime à plus d’un demi-million par an le nombre des avortements, dont les deux tiers sont le fait de mères de famille.

Pour limiter les naissances, les conjoints en sont réduits à l’emploi de méthodes archaïques (interruption du coït, qui est source d’insatisfaction et de troubles nerveux). Au-delà des parents, les enfants sont aussi concernés par ce problème. En effet, on a pu démontrer (Agatha Bowley, 1947) que les enfants non désirés ont une psychologie particulière souvent ils sont difficiles, anxieux, agressifs, essayant d’attirer l’attention sur eux par tous les moyens; ils ont tendance à voler des friandises; leur développement intellectuel et moteur se 4ait plus lentement que chez les enfants désirés et, enfin, 65 p. 100 d’entre eux souffrent de maladies allergiques. En France, sous l’impulsion du Dr Lagroua-Weil-Hallé, émue par la détresse de tant de ses consultantes, des centres d’éducation et d’enseignement de planning familial ont été créés. Des médecins et des psychologues y donnent des conférences, étudient les problèmes de la vie affective, les techniques inoffensives de contrôle des naissances et de la maternité.