«

»

DECROLY (Ovide)

Psychopédagogue belge (Renaix, Belgique, 1871 -Bruxelles 1932). Après avoir fondé à Bruxelles un institut pour enfants anormaux qu’il observe et s’efforce d’éduquer, il étend son activité à l’éducation des normaux. Par souci de rigueur scientifique, il emploie la méthode des tests, nouvellement créée par A. Binet, et l’enregistrement cinématographique.

L’éducation, pense-t-il, doit être centrée sur les besoins essentiels et les intérêts de l’enfant : se nourrir, se protéger contre les intempéries, se défendre contre les dangers extérieurs, agir et se récréer. La base de tous les exercices étant l’observation, le maître doit mettre l’écolier en contact direct avec le monde des êtres et des choses qui l’entoure. L’enfant doit travailler sur les documents qu’il a recueillis lui-même. Son vocabulaire qui s’enrichit n’est pas formé de mots vides, mais de termes pleins d’expériences vécues. La lecture, l’écriture, le calcul qui s’y rapportent ne sont plus des exercices fastidieux, mais des travaux vivants, liés à la vie de l’enfant.

Pour s’exprimer, il ne dispose pas seulement du langage écrit ou parlé, mais encore du dessin, du modelage, de la danse, du chant et du jeu dramatique. Les méthodes pédagogiques d’O. Decroly (jeux éducatifs, méthode globale, centres d’intérêt), qui ont connu une grande faveur auprès des éducateurs occidentaux, ont été totalement adoptées, en Belgique, pour l’enseignement primaire.
(V. active [école], méthode globale.)