«

»

Défense (Psychologie)

(mécanismes de), mécanismes psychologiques dont la personne humaine dispose pour diminuer l’angoisse née des conflits intérieurs. -Dans la vie quotidienne ces défenses jouent plus ou moins consciemment. Ce sont, par exemple, les grimaces de l’écolier qui imite le maître redouté en riant avec ses camarades de ses bouffonneries, en rendant dérisoire le rôle du professeur, il dédramatise la situation et maîtrise son anxiété. La rêverie (par la compensation imaginaire qu’elle procure dans certains états de frustration), les oublis, les lapsus sont autant de moyens de défense que les sujets normaux utilisent à l’occasion.

Il existe un assez grand nombre de mécanismes susceptibles de réduire les tensions et de résoudre les conflits. Mais tous n’ont pas la même valeur adaptative. Les uns consistent à réprimer une tendance jugée dangereuse (l’agressivité, la sexualité) et à la rejeter hors du champ de conscience; les autres, au contraire, transforment cette pulsion en activité socialement appréciée (l’agressivité devient goût de la compétition sportive, par exemple). Selon les psychanalystes, il y o dix mécanismes de défense essentiels le refoulement, la sublimation, la régression, le déplacement, la projection, l’identification, la compensation, la substitution, la fantaisie, la dissociation. Ce sont des procédés inconscients que le moi de l’individu utilise selon les circonstances. (V. compensation, déplacement, dissociation, fantaisie, identification, projection, refoule-ment, régression, sublimation, substitution.)