«

»

Diagnostic psychologique

(du gr. diognôstikos, apte à reconnaître), aboutissement normal de l’analyse d’un cas et synthèse logique des ren¬seignements recueillis au cours de l’examen. — Le diagnostic psycholo¬gique est un acte de première impor¬tance, cor il conditionne le traitement et l’évolution ultérieure du sujet. Il exige de la part du psychologue non seulement la maîtrise parfaite de ses techniques, mais aussi une grande expérience, une vaste culture et beau¬coup d’intuition. De plus en plus, le travail d’équipe remplace l’acte indi¬viduel. Le médecin ou le psychologue ne sont plus seuls pour établir leur diagnostic. Ils unissent leurs efforts à ceux de l’assistant social et de l’édu¬cateur pour comprendre la person¬nalité humaine. Dans les consultations médico-psychologiques et les centres d’observation, ils étudient les indivi¬dus, leur constitution, leurs aptitudes, leur affectivité et la qualité de leurs rapports humains. Grâce à cette coopération, les erreurs de diagnostic sont éliminées et l’on ne voit plus, par exemple, d’enfants souffrant de carence affective considérés comme des arriérés, ni de tumeurs cérébrales méconnues. (V. carence affective.)