«

»

Electrochoc

Thérapeutique psychiatrique consistant à provoquer une crise épileptique artificielle, en faisant passer une décharge électrique à travers le cerveau. — Le rythme des séances est très variable; en général, on fait deux chocs par semaine, pendant trois ou quatre semaines. Ce traitement, dû à Cerletti et Bini (Milan, 1938), a une influence réelle sur de nombreux mélancoliques et, parfois, sur de jeunes schizophrènes. Mais son mode d’action reste mystérieux. Plusieurs hypothèses plus ou moins satisfaisantes ont été avancées : le choc mobilise les défenses de l’organisme; le psychisme se reconstruit selon un ordre nouveau; le courant électrique agit sur un centre régulateur de l’humeur, situé à la base du cerveau. Malgré ses avantages pratiques, cette technique répugne à beaucoup de psychiatres, qui suspectent son côté « magique » (en appuyant sur un bouton on guérit le malade) et craignent sa généralisation abusive. (V. choc.)