«

»

Foule

Réunion d’un grand nombre de personnes. Selon les conceptions de Tarde et G. Le Bon, la foule n’est qu’une masse hétérogène d’individus, sans lien particulier, groupés occasionnellement en un ensemble éphémère. Les psychosociologues modernes distinguent, au contraire, plusieurs types de foule, qui possèdent leurs caractéristiques propres : les unes sont organisées à l’avance (meeting, défilé); les autres sont occasionnelles (baigneurs sur une plage), au spontanées (badauds attirés par un accident). Les foules sont capables de réactions excessives d’enthousiasme, de violence, auxquelles les hommes les mieux contrôlés n’échappent pas. Pour expliquer l’unanimité de ces mouvements, on a invoqué la contagion mentale. En réalité, l’individualité des sujets ne se dissout pas dans la foule. Chacun possède des prédispositions qui déterminent sa conduite. Ces tendances, dont on a montré l’origine psychologique et socio-économique (les violences collectives augmentent aux Etats-Unis quand il y a mévente du coton, par ex.), trouvent l’occasion de s’exprimer dans les manifestations populaires où l’individu, devenu anonyme, est encouragé par le sentiment d’unanimité qu’il rencontre. son individualité. (Cl. Ciccione-Rapho.)