«

»

hygiène mentale

branche de la médecine qui étudie les moyens propres à conserver la santé mentale. — Son activité porte: a) sur la con-naissance des causes des désordres mentaux: héréditaires, socio-culturelles (vie professionnelle, habitat, loisirs…) et individuelles (alcoolisme); h) sur l’information du grand public, par des conférences, des discussions de groupes, des brochures, sur les problèmes les plus divers (l’échec scolaire, la mésentente conjugale, etc.); c) sur le dépistage et le traitement précoce des troubles caractériels et autres inadaptations, au cours des consultations médico-psychologiques gratuites organisées dans presque toutes les villes. L’efficacité des Services d’hygiène mentale dépend des moyens dont ils disposent. Sans le personnel important (médecins, psychologues, éducateurs, assistants sociaux) et hautement qualifié qui leur est nécessaire, les efforts considérables qu’ils consentent risquent d’être vains, car leur action, de longue durée, s’étend sans cesse à de nouvelles couches de la population.