«

»

Illusion

Erreur des sens ou de l’esprit qui fait prendre l’apparence pour la réalité. ― L’illusion de Müller-Lyer (dans la figure ci-dessous, les segments identiques a et b paraissent inégaux) illustre la plasticité particulière de la perception : celle-ci est plus sensible à l’ensemble d’une figure qu’à ses éléments. La perception n’est jamais isolée. Elle s’intègre toujours dans un système. Les habitudes, les préjugés, les émotions influencent les perceptions. L’enfant craintif, entendant le plancher craquer dans la chambre voisine, affirme avoir entendu marcher un voleur.

Les phénomènes d’illusion, déformations d’objets réels, apparaissent surtout quand la conscience vigile est diminuée (au moment de l’endormissement, par suite d’une grande fatigue). Tandis que l’individu normal les critique et les reconnaît comme des erreurs, le malade mental les croit authentiques. Une forme particulière de l’illusion pathologique est la fausse reconnaissance (paramnésie). Le sujet a l’impression d’avoir déjà vu ou vécu certaines situations, de reconnaître des personnes ou des objets, de retrouver ce qu’il n’a jamais connu; les cadres sociaux de sa mémoire semblent dis-sous, car il ne parvient plus à distinguer le présent du passé. image, représentation mentale d’un objet absent. – A la différence de l’idée, plus abstraite, l’image garde quelque chose de concret. Née de l’activité spontanée de l’esprit et d’une analyse artificielle antérieure, cette représentation ne se prête pas à l’observation comme l’objet qu’elle ne peut remplacer. Elle n’est qu’une illusion d’objet, son évocation infidèle (« Comptez donc les colonnes du Panthéon, puisque vous l’imaginez Si parfaitement » dit Alain à l’un de ses amis). Souvent, aussi, l’image est une création originale, élaborée à partir de souvenirs divers. Sous cette forme, elle apparaît fréquemment dans les rêves. (V. condensation, élaboration, rêve.)