«

»

Lobotomie

Opération chirurgicale consistant à sectionner les faisceaux de fibres nerveuses intracérébrales qui joignent la base du cerveau (thalamus, hypothalamus) à l’écorce frontale. — Proposée par Egas Maniz (1935) et mise au point par Freeman et Watts (1942), cette technique fut fréquemment employée, pendant une vingtaine d’années, dans le traitement des troubles mentaux (psychasthénie, obsession, agitation chronique, etc.). Pratiquement, elle ne guérit rien, mais supprime le côté pénible de certains symptômes. Les Russes l’ont toujours repoussée comme anti-physiologique et, dans notre pays, le professeur H. Baruk s’y est résolument opposé; actuellement, cette méthode est utilisée surtout chez des malades souffrant de douleurs intolérables (cancer inopérable) qu’aucune drogue ne peut calmer. La lobotomie ne supprime pas la douleur, mais la rend supportable en lui enlevant sa tonalité affective. (V. neurochirurgie.)