«

»

Migration

Déplacement d’individus sous l’influence de facteurs complexes. — Le changement saisonnier d’habitat chez les animaux (poissons, oiseaux…) s’explique habituellement par l’instinct. Mais ce mot ne sert qu à masquer l’ignorance dans laquelle nous nous trouvons quant à cette conduite complexe; il n’explique ni le sens extraordinaire de l’orientation des animaux ni leur « organisation de voyage » (rassemblement prémigratoire, trajet fixe, étapes, etc.). Des expériences effectuées avec les oiseaux ont permis toutefois de montrer que le vol vers le nord ou vers le sud dépend des conditions d’éclairement et de la longueur des journées (la lumière agit sur la glande hypophyse, qui, à son tour, stimule les glandes sexuelles, dont la croissance entraîne une augmentation de l’activité et amène les animaux à choisir des régions de températures plus basses, situées vers le nord). De même, le comportement migrateur du saumon pourrait être réduit à un ensemble de réactions (phototropisme rhéotropisme) aux divers stimulus du milieu. Les migrations humaines s’effectuent, principalement, sous l’influence de facteurs socioéconomiques (une véritable migration des Noirs d’une province de Georgie, aux Etats-Unis, fut provoquée par le charançon du coton), ou politiques (rapatriement des Français d’Afrique du Nord). Certains auteurs ont soutenu que les émigrants possédaient des qualités d’intelligence et de caractère supérieures aux non-émigrants (ce seraient les éléments les plus dynamiques et intelligents qui quitteraient les campagnes pour vivre dans les villes), mais les résultats des travaux effectués sur ce sujet ne sont pas probants. (V. instinct.)