«

»

Nourrisson

Enfant nourri au sein. — Pour définir en peu de mots les besoins du nourrisson, on dit qu’il est « un tube digestif ». Cet aphorisme est dangereux en ce sens qu’il laisse dans l’ombre le côté le plus humain de l’enfant, ses besoins affectifs, cependant fondamentaux. Observons un nourrisson qui tète : il ne quitte pas des yeux le visage de sa mère; téter est plus que s’alimenter, c’est incorporer, avec la nourriture, les autres sensations, tactiles, visuelles, auditives, olfactives, qui lui sont associées, à partir desquelles s’élaborera le premier lien interhumain. Les nourrissons qu’on ne câline pas, avec lesquels on ne parle ni ne joue (ceux des orphelinats, par ex.) ne se développent pas normalement : ils sont souvent inertes, atones, ne manifestent aucun intérêt pour le monde qui les entoure et présentent toujours un important retard du langage. Les besoins de contacts sociaux et, surtout, d’amour maternel sont aussi importants pour les nourrissons que leurs besoins physiologiques. (V. carence affective.)