«

»

Observation

Méthode ayant pour but de relever un certain nombre de faits naturels, à partir desquels il sera possible de former une hypothèse que l’on soumettra à la vérification expérimentale. — L’observation constitue la phase fondamentale de l’expérimentation. Elle peut être simple (au cours de l’entretien et des tests, le psychologue note les attitudes du sujet, sa mimique, sa manière de faire) ou « armée » (enregistrement cinématographique et sonore; glace sans tain permettant à l’observateur de voir sans être vu); limitée à un échantillonnage de temps (5 minutes toutes les 3 heures, par ex.), ou continue et de longue durée (en centre d’observation), etc. L’observation psychologique ambitionne de connaître l’individu à travers sa conduite, de déceler ses déficiences et ses aptitudes, de trouver les moyens d’épanouir sa personnalité. Dans une consultation rapide, il arrive que l’observation soit faussée par les conditions mêmes de l’examen et la présence de l’expérimentateur. Lorsque la gravité de la situation le nécessite, on poursuit l’étude entreprise en introduisant un éducateur spécialisé dans le milieu de vie du sujet (méthode dite de I’ « observation en milieu ouvert »). En recueillant, périodiquement, des éléments d’information sur le comportement de l’enfant ou de l’adolescent, chez lui, dans la rue, avec ses parents, ses camarades, ses professeurs ou ses employeurs, ce nouvel observateur permet de rectifier les données fournies par la situation expérimentale o~ d’appréhender plus justement le cas, malgré sa complexité. Quand I’ observation on milieu ouvert> est impossible, on envoie les mineurs caractériels ou délinquants dans dos internats spécialisés (centres d’observation) où, pendant des mois, méthodiquement, une équipe d’éducateurs, de médecins, de psychologues et d’assistants sociaux les soumettent à une étude systématique (au cours de leurs activités scolaires, professionnelles, ludiques, etc.), tout en poursuivant leur rééducation.