«

»

Test de l’entretien après démission

Pour chaque cas numéroté, choisir la réponse qui vous semble la plus adaptée.

1 — J’ai appris par lettre recommandée la démission de Slice, un proche collaborateur. Je décide d’en savoir plus sur ses motifs véritables. Je lui propose un entretien. Il accepte. Je commence par lui dire.

  a) Alors, Slimane, vous nous quittez ? Sans doute vous a-t-on proposé mieux ailleurs ?

  b) Pourquoi ne m’avez-vous rien dit avant cette lettre ? On aurait sûrement pu trouver une autre solution…

  c) J’ai bien reçu votre démission. Elle est acceptée. Mais j’aimerais — si vous êtes d’accord — mieux connaître les motifs de cette décision.

2 — Slimane, parmi les raisons de son départ, invoque « le peu d’intérêt de la société pour les idées un peu neuves et les sug­gestions». Je lui réponds :

  a) On n’est pas contre les idées. Mais encore faut-il qu’elles soient réalisables et qu’elles nous rapportent plus qu’elles ne coûtent!

  b) En somme, il vous semblait presqu’impossibfe de voir se réa­liser de véritables changements.

  c) A qui le dites-vous ! Je suis le premier à déplorer l’immobi­lisme de notre Direction !

 3 — L’entretien se termine. Je regrette que la décision de Slimane soit définitive. Je lui dis :

  a) Réfléchissez encore, Slimane : bien des choses peuvent s’arranger…

  b) Je vous remercie de votre collaboration qui — je pense — va
nous être utile à l’avenir. Je vous souhaite de pouvoir travailler
selon vos aspirations.

 
Corrigé :

 

1

a) Vous interprétez. Pensez-vous qu’il soit utile de montrer votre « perspi­cacité » ?

b) Attitude (rassurante dans un sens) qui minimise d’avance la gravité du pro­blème et donc suggère que Slimane n’est pas capable de décider correctement tout seul.

c) Position claire et compréhensive du problème.

2

a)  Vous vous justifiez ! Et vous vous identifiez à la société « on». D’où impossibilité de supporter les critiques !

b)  Vous reformulez le problème en tentant de le situer comme il le vit.

c)  Ce n’est pas de la compréhension, mais apparemment de la démagogie! Vous sortez de votre rôle de responsable, à moins que vous ne tentiez de mani­puler votre interlocuteur…

3

a) Vous exercez une pression insidieuse pour le faire changer d’avis. Cette attitude (solution) ne respecte pas le libre-arbitre de votre interlocuteur !

b) Conclusion qui laisse toute sa liberté au collaborateur.