«

»

Avantages et limites du travail temporaire

 Avantages et limites du travail temporaire

Le travail temporaire répond aux attentes d’un certain nombre de salariés, notamment les femmes et les jeunes. Les femmes, en raison de sa souplesse, de sa grande liberté, qui les rendent plus disponibles en face des problèmes de la vie familiale. Les jeunes recherchent aussi cette formule quand ils supportent mal les contraintes sur une longue durée.

 Pour les personnes âgées et qualifiées qui, en raison de leur âge, ne sont plus accep­tées dans les entreprises, il peut être aussi une façon de se maintenir en activité, le critère de l’âge ayant moins d’importance dans le travail temporaire.

 Diverses études permettent de dégager trois grandes catégories d’intérimaires :

– les intérimaires par choix ou commodité : étudiants, jeunes en attente du service national ;

– les jeunes et les moins jeunes en quête d’insertion professionnelle : l’intérim est l’antichambre de l’embauche ;

– les chômeurs à la recherche d’un dépannage durable.

 Pour l’employeur, le travail temporaire constitue une réponse simple et rapide à certains besoins.

 Il a souvent été souligné que le travail temporaire est une des formes qui permet aux directions des entreprises d’ajuster au mieux leurs effectifs (adaptation à la conjonc­ture), tout en extériorisant une partie de la force de travail (c’est l’entreprise de travail temporaire qui est le patron juridique du travailleur, et non l’entreprise utilisatrice).

Le travail temporaire remplit essen­tiellement une fonction économique d’ajustement conjoncturel qui permet de se rappro­cher de l’optimum, puisque l’entreprise peut, grâce à lui, produire au moindre coût en écrêtant les pointes d’activité, et certains travailleurs temporaires peuvent ainsi se transformer au moindre coût en salariés permanents.

 L’intérim est aussi une excellente étape pour intégrer et sélectionner les salariés appelés à occuper un emploi permanent. Le temps passé au travail en tant qu’intéri­maire, puis en cas d’embauché en CDD, permet de garantir, lors d’une intégration défini­tive (CDI), l’adéquation au poste et, surtout, à la culture d’entreprise.