«

»

Les indicateurs de mesure de l’absentéisme

L’indicateur le plus utilisé par les entreprises est un taux de durée (temps d’absence/temps normalement travaillé).

On retient aussi la fréquence d’absence (le nombre d’absences sur une période donnée) et la durée d’absence (le nombre de jours d’absence durant une période donnée).

L’intérêt du choix entre fréquence et durée (ou taux) est important. Une durée d’absence révèle un écart par rapport à une norme – le temps de travail – qui est très souvent à la base du contrôle de l’activité (notions de rendement, de standard d’heures de main-d’œuvre directe, etc.).

Cependant, une même durée d’absence peut cacher des comportements d’absen­téisme très divers selon leur fréquence : une personne peut être absente pour une grippe, une quinzaine de jours, ou peut s’absenter six fois dans l’année pour la même durée.

Le coût global de l’absence, évoqué plus loin, sera plus fort dans le second cas du fait des coûts fixes liés à chaque absence (formation du remplaçant, enregistrement et traitement de l’absence, baisse de rendement liée au nouveau titulaire du poste) ; de plus, le fait qu’un individu se sente la possibilité de multiplier des absences de courte durée est révé­lateur des perceptions qu’ont les agents de ce qui est possible ou de ce qui ne l’est pas.

Les indicateurs communément retenus fournissent donc une information non redon­dante.

Il est même des cas où la fréquence est incontestablement le meilleur indicateur : en particulier pour les catégories d’absence dont l’amplitude est faible, c’est-à-dire toutes les opportunités d’absence dégagées par les conventions collectives, comme les événe­ments familiaux ou personnels. Pour ces causes d’absence, les jours autorisés sont de l’ordre de un ou deux et la fréquence, très liée à la durée dans ce cas, devient un indica­teur pertinent de ce que les agents perçoivent comme opportunité saisissable ou non.

Pour D. Weiss, les indicateurs minimaux dont doit disposer la gestion du personnel pour appréhender le phénomène de l’absentéisme sont au nombre de quatre :

abs