«

»

L’adaptation à moyen terme en GRH : Intérêt et limites de la démarche

Les différents modèles de GPE, GPPE, GAEC présentent plusieurs avantages. Loïc Cadinen distingue trois.

– Des apports instrumentaux utiles à la réflexion.

L’utilisation de modèles favorise l’analyse de l’existant ainsi que la réflexion sur les évolutions futures et sur la capacité de les maîtriser.

– Un surcoût de légitimité pour les DRH.

La mise en œuvre de la demande permet à la DRH de participer aux réflexions sur les orientations stratégiques en apportant des indications précieuses sur la faisabilité de certaines options.

– Une meilleure cohérence du système de GRH.

La demande implique la prise en compte des diverses dimensions de la GRH et la recherche de cohérence entre chacune des politiques (formation, promotion, mobilité, recrutement…).

Cependant, au-delà de leur intérêt seul, ces modèles présentent des limites d’utilisa­tion :

– la traduction d’une stratégie en terme d’organisation et d’emploi est délicate et les choix nombreux peuvent évoluer en fonction des circonstances ;

– les comportements des salariés renvoient à des rationalités d’acteurs difficiles à anticiper ;

– les mesures d’ajustement présentent des difficultés de mise en œuvre délicates à apprécier, notamment lorsqu’il y a des changements de métiers et de familles profes­sionnelles.