«

»

La différence entre « Entrevue de recrutement» et les autres termes similaires

1 – Questionnaire ;

2 – conversation ;

3 –  interrogatoire.

Ces mots autant que le mot « entretien » désignent des situations où deux interlocu­teurs se livrent au jeu des questions et réponses ; toutefois, ces quatre situations sont très différentes dans leur esprit comme dans leur pra­tique.

1 – Le questionnaire : Il peut être écrit, donc préparé ; ce qui entraîne que chaque question est indépendant  de la réponse à la question qui la précède ; le questionnaire ne permet d’obtenir pour cette raison que des renseignements « administratifs », en aucun cas des révélations «intimes ».

2 – L’interrogatoire : Il implique un statut fort de l’interrogeant par rapport à l’interrogé ; ses méthodes, même soigneusement réglementées par la déontologie judiciaire démocratique, sont tout à fait interdites aux recruteurs (donc faites attention !).

3 – La conversation : Elle est privée, n’implique aucun statut des deux interlocuteurs ; la énième question est forcément en relation directe avec la (l) aime réponse ; sa caractéristique principale est d’être vivante, animée, spontanée, confiante, nul ne se tient sur ses gardes. Mais c’est vrai aussi qu’elle n’a pas d’objectif.

Pourtant, elle apporte des résultats. Il vous est déjà arrivé de bavarder de choses et d’autres avec un inconnu, par exemple avec quelqu’un qui était, comme vous, invité à dîner chez des amis (quelle que soit la différence entre vos situations sociales, vous aviez rigou­reusement le même statut d’invités par les mêmes amis). A posteriori, vous avez été capable de formuler trois idées sur la personnalité de cet inconnu (et lui-même en faisait autant à votre égard !). Comme nous le verrons, ce n’était encore que des hypothèses non validées, mais il faut retenir cette propriété caractéristique de la conversation naturelle, qu’elle est porteuse d’idées sur la personnalité d’autrui.

L’entretien ressemble à une conversation (absence de statut, enchaînement logique des questions et réponses, vivacité…) dans laquelle l’un des deux interlocuteurs veille, avec doigté, à ce que l’on ne s’égare pas. C’est une conversation (échange paritaire) maîtrisée par l’un des deux interlocuteurs (vous). Car là, il y a un objectif!

Maîtriser la conversation signifie savoir où l’on en est, rester conscient de la nature de la relation, avancer vers la découverte ; mais cela ne signifie pas faire sentir à l’autre qu’il est conduit ou, pire, manipulé.