«

»

Les coûts d’adaptation après le recrutement

Le coût de recrutement analysé précédemment ne constitue qu’une partie du coût d’entrée dans l’entreprise d’une nouvelle personne. L’étude doit se poursuivre par l’analyse des coûts de familiarisation, de formation, d’adaptation.

Quels que soient l’entreprise et le secteur d’activité, la personne recrutée pour un poste donné passe successivement par trois phases :

– une phase d’information ;

– une phase d’apprentissage du métier ;

– une phase d’apport personnel à l’entreprise.

La phase d’information débute lors de l’entrée dans la société et correspond à la période que le nouvel arrivant consacre à la prise de connaissance des dossiers de son prédécesseur ou du service, aux présentations aux personnes avec lesquelles il sera amené à travailler, ainsi qu’aux stages d’information sur l’entreprise ou sur la fonction qu’il aura à remplir. Durant cette première phase, qui dure de zéro à X jours ou mois, la personne joue un rôle essentiellement passif. Son efficacité sera donc considérée comme faible.

La deuxième phase correspond à l’apprentissage du métier sur le terrain. Le nouvel arrivant commence la tâche pour laquelle il a été recruté. Elle dure jusqu’au moment où il a acquis la connaissance pratique de son métier, c’est-à-dire le moment où il peut effectuer sa tâche par lui-même, en évitant les principales erreurs.

La troisième phase est celle de l’apport personnel. Le nouvel arrivant acquiert l’expé­rience nécessaire à la réflexion critique sur son travail et à l’initiative. C’est au cours de cette troisième phase que le nouveau a la possibilité de constater les premiers résultats de sa tâche et, donc, de rectifier les erreurs qu’il aurait pu commettre.

Le nouveau doit acquérir une certaine connaissance de la vie de la société, des personnes qui la composent et, plus généralement, de l’environnement de son propre tâche. Ce n’est qu’après avoir franchi ce seuil de connaissance qu’il pourra avoir un rôle d’initiateur.

L’importance de ces coûts d’adaptation s’ajoutant aux coûts de recrutement a suscité des recherches en matière de comptabilité des ressources humaines. Lorsque l’entre­prise réalise un effort de recrutement et d’adaptation, les résultats de l’exercice sont faussés par le passage en charge du compte d’exploitation de dépenses qui constituent un investissement.