«

»

Reconnaissance des acquis professionnels

Un autre outil de promotion des hommes consiste à mieux prendre en compte leurs acquis dans différentes circonstances de leur vie en leur permet­tant de constituer un « portefeuille de compétences » qui sera pour eux un véri­table « passeport pour l’emploi ».

Le problème qui se pose aux entreprises engagées dans un processus de modernisation de leur appareil de production est d’adapter les qualifications de leur personnel aux nouvelles exigences technologiques et organisationnelles du travail.

Or, les conditions traditionnelles de recrutement ont favorisé l’accès aux emplois qualifiés par l’expérience professionnelle. Ainsi, aujourd’hui, plus de la moitié des effectifs ouvriers sont dépourvue de formation professionnelle initiale.

Dans ce contexte, les objectifs de formation doivent prendre en compte la mise à niveau dans les domaines techniques et généraux tout autant que l’acquisition des connaissances professionnelles liées à la conduite des maté­riels.

L’effort qui en résulte implique des investissements importants et néces­site des stratégies adaptées. Ainsi faut-il :

– programmer des parcours individualisés tant en ce qui concerne l’étendue que le contenu des domaines d’enseignement ;

– accompagner la formation par un système d’évaluation permettant de mesurer les effets et les résultats de celle-ci, d’apprécier les écarts et de procéder aux ajustements nécessaires entre les besoins de l’entreprise et les qualifications existantes.