«

»

ABSTRACTION RÉFLÉCHISSANTE

Notion introduite par J. Piaget pour différencier de l’abstraction, portant sur les objets un processus d’abstraction mené par le sujet sur ses propres actions et opérations.

Pour extraire d’un objet une propriété quelconque, sa forme, sa couleur par exemple, il faut utiliser des « instruments
d’assimilation relevant de «schèmes» sen-sori-moteurs ou conceptuels non fournis par l’objet, mais construits antérieurement par le sujet » (Piaget, 1977). L’abstraction réfléchissante porte sur ces schèmes eux-mêmes.

Le sujet procède à une conceptualisation de ses activités par une transposition sur un plan supérieur des propriétés de ses actions ou opérations et des propriétés de leur organisation.

Il élabore ainsi les cadres logico-mathématiques d’assimilation* dans lesquels pourront s’organiser d’autres actions et opérations portant sur des objets nouveaux, dans des situations nouvelles.

L’abstraction réfléchissante peut s’observer à tous les stades de développement.

Ainsi, même le très jeune enfant peut résoudre un problème nouveau en empruntant certaines coordinations à des structures déjà construites dans des situations différentes.

L’abstraction réfléchissante doit être différenciée de ce que Piaget appelle l’« abstraction réfléchie », qui est du ressort de ce qu’on nomme plus généralement la « métacognition ».

Il s’agit alors d’une thé-matisation rétroactive, c’est-à-dire d’une réflexion de la pensée sur ses propres activités cognitives.