«

»

MÉTABOLISME DE L’ALCOOL

L’alcool ingéré est absorbé au niveau du duodénum et du jéjunum.

Il arrive mas-sivement au foie par l’intermédiaire de la veine porte.

Trois systèmes enzymatiques (ADH, catalase et méos) transforment l’éthanol en acétaldéhyde.

Celui-ci à son tour, par des mécanismes complexes, est métabolisé en acétate, qui est éliminé par l’organisme.

Les travaux récents font ressortir le rôle capital de l’acétaldéhyde dans la survenue de la dépendance envers l’alcool soit au niveau du métabolisme du tissu cérébral, soit au contact des membranes cellulaires.

Le dépistage biologique de l’alcoolisme, au-jourd’hui de pratique courante, comporte en plus de certains tests hépatiques (transa-minase par exemple) la mesure du volume globulaire moyen et le dosage d’une en-zyme.

La constatation d’une macrocytose est un stigmate fréquent d’alcoolisme, tan-dis que l’augmentation de la gamma G.T. peut sous certaines réserves signer l’intoxi-cation alcoolique.