«

»

ANGOISSE DU 8 MOIS

Réaction négative aux personnes étrangères, qui marque une étape cruciale dans le développement psychique du très jeune enfant (R. Spitz).

Aux alentours du 8e mois, le nourrisson devient capable de distinguer entre visages connus et visages inconnus, et la présence d’une personne étrangère réactive le désir de la mère absente.

Auparavant, le bébé, à partir du 3e mois, sourit indifféremment à tout visage humain et manifeste du déplaisir quand ce visage disparaît.

Le visage constitue un « Gestalt-Signal » (une configuration signifiante), dont les attributs superficiels (présence d’éléments déterminés, comme les yeux et le nez ; mouvement ; relations spatiales entre éléments) importent seuls : le visage de profil ne provoque pas le sourire.

Le sourire est le premier organisateur en ceci qu’il marque le passage entre la réception des expériences internes, seules prises en compte pendant les premières semaines de vie, et la perception des stimulus externes.

Mais si à ce stade le bébé peut manifester de la peur en présence de stimulus associés à des expériences déplaisantes, l’angoisse proprement dite ne survient qu’aux alentours du 8e mois, lorsqu’une relation à un objet libidinal a été construite, objet qui peut être évoqué au-delà des attributs superficiels perçus, et désiré. Spitz sou-ligne deux aspects importants de ce second organisateur que constitue l’angoisse du 8e mois.

D’une part, ses manifestations sont extrêmement variables selon les enfants, allant de la non-réponse aux avances et de la méfiance aux hurlements irréductibles.

D’autre part, cette étape est absolument nécessaire à la construction de relations objectales : la frustration joue un rôle décisif dans la constitution du moi.

Différentes observations ont mis en question la théorie de Spitz.

Tout d’abord, les nouveau-nés discriminent l’odeur maternelle d’une odeur étrangère, et la voix maternelle de voix étrangères ; on peut cependant arguer ici qu’une réactivité différentielle de l’organisme doit être distinguée d’une relation objectale.

Par ailleurs, cette période de réactions négatives à l’étranger apparaît dans une marge d’âge très large (entre 6 et 15 mois), en liaison avec le type d’attachement* à sa mère que l’enfant a.

Enfin, cette réaction peut survenir en présence de la mère et, en l’absence de celle-ci, peut alterner avec des tentatives d’approche de l’adulte ; elle pourrait alors être interprétée comme une réaction ambivalente à la nouveauté, sans spécificité de l’image maternelle.