«

»

ANTIDÉPRESSEUR

Substance qui a la capacité d’inverser l’humeur du déprimé. (Syn. thymoanaleptique.)

Les antidépresseurs constituent un ensemble de substances hétérogènes sur le plan de leur structure moléculaire et de leur effet biochimique.

Pendant longtemps, on n’a disposé pour traiter les états dépressifs que du laudanum de T. Sydenham (morphine), amenant une sédation de la souffrance du patient en attendant la terminaison spontanée de l’épisode.

En effet, la dépression, contrairement à d’autres syndromes psychiatriques, est caractérisée par une évolution naturelle vers la rémission.

Cependant, cette évolution spontanée peut durer plusieurs années et le risque suicidaire reste très élevé.

Aussi le recours, avant la Seconde Guerre mondiale, aux méthodes de choc, et en particulier au choc électrique (électrochoc ou sismothérapie), a-t-il transformé le pronostic des dépressions.

On disposait d’un traitement actif sur le trouble de l’humeur proprement dit.

Grâce à l’anesthésie générale et aux curarisants d’action rapide, l’électrochoc, que l’on appelle désormais électronarcose, est devenu le traitement le plus efficace et, probablement, le moins dangereux des états dépressifs.

Malheureusement, son effet n’est pas durable et la poursuite à titre préventif de séances d’électronarcose dites « d’entretien », à un rythme généralement mensuel, représente une méthode trop contraignante pour la majorité des déprimés.