«

»

L’ANTIPSYCHIATRIE

Dès avant la mort de Basaglia (en 1980) et de Cooper (en 1986), leur mouvement semblait déjà passablement oublié.

Sans doute reste-t-il « dans l’inconscient collectif, et notamment celui des jeunes schizophrènes », un « écho des grandes options de l’antipsychiatrie.

Il est resté de cette aventure généreuse comme la nostalgie d’un lieu d’accueil de la folie, antithèse de la lugubre servitude des neuroleptiques… » (C.Koupernik).

La critique radicale de l’institution hospitalière psychiatrique classique a joué aussi un rôle non négligeable dans les réformes entreprises et dans le mouvement qui se poursuit de « dépérissement de l’asile ».

Quant à Laing, qui allait mourir en 1989, et Esterson, grâce à leurs études sur les familles de schizophrènes, ils apparaissent maintenant, avec les chercheurs de l’école de Palo Alto, comme les pionniers des thérapies familiales.

L’antipsychiatrie nous a surtout mis « en garde de façon salutaire contre une certaine chosification de la psychiatrie »,

représentée en particulier dans l’utilisation d’un « DSM III révisé » avec son « caractère prétendument athéorique » et « dans l’ambition d’asepsie des comportementalistes, qui, après tout, ne visent qu’à gommer un symptôme » en récusant ainsi « une conception holistique de l’homme et de sa folie » (Koupernik).

Et qui nous prouvera que ce que l’on désigne habituellement par psychose chronique n’est pas parfois une simple complication d’un état psychotique aigu, d’un moment fécond où il aurait fallu permettre à la personne d’accéder au statut de sujet, en respectant son trajet métanoïaque ? Car l’évolution de la maladie mentale dépend sans doute de la
prise en charge psychiatrique, mais parfois dans le sens de la chronicisation.

On le voit bien avec certaines bouffées délirantes qui, traitées à l’occidentale, se transforment en schizophrénies.

Et « si le psychiatre n’était pas innocent ? » (L. Israël).

C’est la question que ce dernier, comme les antipsychiatres, ne doit cesser de se poser dans l’exercice des diverses modalités de sa pratique.