«

»

ARC

Dans un réseau, liaison entre deux noeuds.

La notion d’arc est utilisée dans les modèles psychologiques fondés sur une structure de réseau, modèles qui sont surtout mis en oeuvre à propos de la mémoire et du langage.

Tout réseau est par définition composé de noeuds et d’arcs.

Ceux-ci appartiennent de façon parfaitement libre à la structure formelle, et on peut, quand on choisit un modèle, leur donner n’importe quelle sémantique (n’importe quel sens), c’est-à-dire leur faire correspondre n’importe quelle entité théorique relevant de la psychologie, à condition de le faire de façon justifiée, permanente, et non ambiguë.

Du point de vue de la psychologie elle-même (et aussi dans d’autres sciences cognitives comme la « représentation des connaissances »), c’est une question très importante pour la construction d’un modèle et son utilisation correcte que de savoir quel type d’entité on met sur les arcs.

Les principales entités psychologiques utilisées dans la littérature qui ont été placées sur des arcs sont : des associations libres ou des forces associatives (dans l’associationnisme classique), des associations étiquetées (dans l’associationnisme actuel), des relations sémantiques, telles que « est-un », « est-un-superordonné-de », (dans une certaine famille de réseaux sémantiques), des prédicats désignant des attributs (tels que « a pour couleur ») ou correspondant à des verbes (tels que « mange »), ou encore des cas grammaticaux ou des cas sémantiques (dans d’autres familles de réseaux sémantiques), des « poids » de connexions (dans les modèles connexionnistes), des transitions (dans les réseaux de transition), etc.

La psychologie sociale emploie de même pour son compte plusieurs autres sortes de relations de nature interpersonnelle.